Loïc Lantoine - J'ai changé  - Kiblind


   
 

Tous droits réservés La Silène / Astérios / Vanessa Dupuis


Il est un rude chameau de chansons pas chantées mais qui le sont de plus en plus. Il est pape d'Armentières version « Hanhôn frAnçaise » et pilote de fusées à Baïkonour parce qu'aujourd'hui, « quand on veut la lune, on est pas poète, on est cosmonaute »...  Loïc Lantoine sort un quatrième album début avril après deux studios et un live. Le titre est mensonger : Lantoine n'a pas changé, il est toujours aussi doué pour tutoyer la lune; il a juste invité encore plus de copains à ouvrir son bréviaire d'altérité où trainent, entre autres, Norge, Couté et Michaux. Foudroyant.
Chanteur de chansons françaises plus ou moins chantées, Loïc Lantoine est un démineur franc-tireur anti inhumanité. Il démine debout au micro depuis un bon moment aux côtés de François Pierron qui est pour sa part armé d'une contrebasse. Il a hanté de sa présence et de sa voix, les textes de Mon Côté Punk, de La Campagnie des Musiques à Ouïr, de La Rue Kétanou et d'Alain Leprest. Tout démineur de connerie humaine qu'il est, il est aussi passeur d'histoires et révélateur de ce que poésie signifie. 
Ici, au moment où j'écris ces lignes, il s'agirait peut être d'écrire « je » pour une fois. Parce qu'il m'est difficile de parler de poésie en disant « nous », parce que moi j'en suis pas capable mais que d'autre si. Lantoine le fait à la suite de Leprest et de Ferré. Sa parole et ses chansons, il les conjugue à la première personne du pluriel. Grâce à lui, j'ai peut être compris pourquoi il fallait raconter des histoires. J'ai peut être compris pourquoi « dire » est aujourd'hui plus que jamais essentiel dans un monde où les formes de circulation de la parole se diluent, où nos corps ont de plus en plus de mal à rencontrer nos imaginaires malgré toutes ces « nouvelles technologies de l'information et de la communication ». En écoutant Lantoine, j'ai compris qu'il fallait raconter des histoires au sens large et en écouter parce que nous sommes profondément des êtres de parole et que l'art du récit, de « la chanson pas chantée », qui se moque bien des frontières, touche ce qu'il y a de plus précieux en chacun de nous : notre capacité à reconnaître l'autre dans son droit à être lui-même et à être différent ; à penser notre relation à l'ailleurs de façon humaine, sans peurs, sans colères. Il faut écouter des histoires, des chansons et des poèmes avec des yeux grands ouverts et des sourires plein la bouche pour tâcher de reboiser l'âme humaine comme disait Julos Beaucarne. 
Lantoine est un géant, il a reboisé mon âme d'adolescent qui avait peur de l'autre et de l'ailleurs. Comme un grand frère discret, il a fait pousser mon verbe du troisième groupe « grandir » en l'arrosant de textes remplis d'amour, de rage, de blessures et de fraternité.
Dans J'ai Changé, tissé avec le compagnon de toujours François Pierron (contrebasse) mais aussi avec Eric « Fil » Philippon (guitare), Joseph Doherty (vents, banjo) et Thomas Fiancette (percussions) ; Loïc Lantoine livre 12 morceaux d'émotion pure. Des textes qui tirent fort mes larmes et qui me prennent la main et font sourire en me disant à l'oreille : « allez camarade, le goût du sel est bon puis il reste l'espoir : il faut s'aimer et le chemin sera moins long ».
De « Je ferme » à « Même pas honte » en passant par « Funambule » et « Le grand matin », l'univers de cet album est foudroyant. Il est tendre et animal. Électrique dans « j'ai changé », il est lumineux et rempli de bruine du Nord dans « La grande route ». Il prend encore plus de couleurs que le précédent Tout est Calme ; il grandit au gré des musiques de Pierron, Fil, Doherty et Fiancette, qui sont aussi généreux que Lantoine. Il faut d'ailleurs les voir sur scène, orchestre de cosmonautes, fiers comme tout de partager, de se marrer, de divertir.  Lantoine n'a pas changé non, seulement sa poésie prend encore plus de couleurs auprès de nouveaux instruments et d'une volonté de croire toujours et encore au mot « humain ».   Parce que « humain » c'est joli c'est joli après tout non?... 

Loïc Lantoine, nouvel album J'ai changé. Sortie le 2 avril 2013 (Silène / Asterios)
 




















 


















 



Créé avec Créer un site
Créer un site