Loïc Lantoine
    10 avril 2010          

Loïc Lantoine
chant
François Pierron
contrebasse
Éric Philippon
guitares
Joseph Doherty
violon, clarinette basse, banjo, guitares, mandoline, flûte
 
Loïc Lantoine est l’un des plus brillants diplômés de l’une des meilleures universités musicales françaises, pourtant méconnue : les bars, troquets et autres zincs de France et de Navarre, déjà responsables de l’explosion de talents comme Les Ogres de Barback, Louise Attaque, Paris Combo ou Sanseverino ! Ses mots, Loïc Lantoine a appris à les incarner « à la dure », au contact direct et impitoyable d’un public à conquérir. Soutenu par les Têtes raides et suite au succès de son premier album en 2003, il a arpenté toutes sortes de scènes en Don Quichotte de la chanson, accompagné d’un seul contrebassiste François « Pancho » Pierron. Six ans plus tard, il accueille deux nouveaux compagnons dans ce nouveau chapitre d’un des récits les plus singuliers de la chanson française moderne.
               
Loïc Lantoine est aujourd’hui l’artiste emblématique d’un drôle de label, issu du drôle de cerveau d’un éminent animateur d’un drôle de collectif… Christian Olivier est l’un des membres fondateurs et le chanteur principal des Têtes Raides, groupe à géométrie variable, mêlant énergiquement, depuis plus de 20 ans, rock alternatif, engagement politique et social et poésie contemporaine. En 2001, il se décide à créer Mon slip, label 100 % coton à l’éclectisme autoproclamé et une alternative revendiquée face aux choix artistiques dominants dans l’industrie musicale. Les premiers artistes signés ont des airs de manifestes : Jean Corti, accordéoniste de Brel et globe-trotter infatigable, Jasmine Vegas, croisement improbable entre Frank Sinatra et Nina Hagen ou le gang batave De Kift. Loïc Lantoine fait également partie des premiers heureux locataires de la maison Mon Slip qui connaît son premier succès commercial surprise grâce à la poésie coup de poing de ce chanteur filiforme. Si le label a continué à mettre sur orbite des ovnis sonores tels que Mell, Gojira, Christine Ott ou Black Bomb A, Loïc Lantoine est, plus que jamais, à l’heure de la sortie de son troisième album, le symbole de la cohérence d’une démarche artistique et humaine hors pair.

Lantoine a un talent fou, du verbe, du coeur et des tripes. Il ne chante pas ses textes mais les lance comme des couteaux, les distille à notre oreille amoureuse et amusée, les postillonne comme une nuée d’étoiles, les sculpte à chaque rendez-vous qu’est un concert. Télérama

[…] Drôle ou cruel, tendre ou violent, mais toujours sidérant […] Loïc Lantoine pourrait être le frère des Têtes Raides pour les couleurs musicales cuivrées et dansantes, celui de Desjardins pour la voix burinée, celui de Nougaro pour l’inventivité du langage, rieur et furieux. On a bien aperçu encore, dans les gênes de ce natif du Nord, des échos de Rimbaud et des braises de Brel. Jean-François Roche, La Tribune


































 



Créé avec Créer un site
Créer un site