Avec « Retour au Zoo » en 2005 puis « La Fiancée du Crocodile » en 2010, on a appris à connaître le duo VERONE. D’un propos essentiellement onirique qu’on pouvait qualifier alors d’électro-folk, Fabien Guidollet et Delphine Passant avaient cheminé jusqu’à un second album plus rock où humour pince-sans-rire et ambiances foutraques venaient se mêler à ce qui fait sans doute l’essence du groupe : le timbre de voix singulier (lui), les dentelles de guitares ou de banjo (elle), la capacité à faire surgir beauté et poésie là où on ne les attend pas (eux)…
 
Retour au zoo
 
La fiancée du crocodile


Epaulés par trois complices, Sammy Decoster (co-réalisation, tambour, guitare, choeurs), Claire Redor (harmonies vocales) et Mathieu Denis (contrebasse, batterie), c’est sur l’Île Aux Moines qu’ils sont allés mettre en boîte ce troisième disque, album épuré longtemps rêvé, en prise live et de façon beaucoup plus directe qu'auparavant. Organique, gorgé de l'esprit insulaire qu'ils sont allés y puiser, il s'intitule "La Percée".
 
Être beau ou mourir sur France 3
 

Chronique Froggy's delight sur "La percée"
Du temps a passé et Verone a effectué une lente mue entre Retour au Zoo en 2005, La fiancée du Crocodile en 2010 et ce La Percée. Une évolution, une remise en cause qui semble d’un incroyable naturel comme un lent mouvement de l’électro à ce disque folk pour le moins épuré. Car ce qu’y fait l’essence même du groupe, sa colonne vertébrale : les textes restent d’une extravagante poésie.
 
On entre dans ce disque, sur la pointe des pieds, non sans un certain respect, avec le sentiment que quelque chose va ici se jouer. Peut-être est-ce la simplicité de quelques accords de guitare, d’une musique souvent empreinte de spleen… Et puis il y a la voix de Fabien Guidollet, cette voix grave aux accents acides. Et donc ces textes, cette poésie de l’intime. On retrouve cette humour pince-sans-rire, ces paroles au cordeau, sombres déjà présents dans la Fiancée du Crocodile.
 
Des textes qui disent souvent sur un ton plein d’ironie et d’humour (les jeux de mots de "Fêlée mon Gars ta coque", "Fish pédicure", "Quand même"), des choses très dures sur la vie ("La percée"), la difficulté de vieillir ensemble (l’ironie mordante entre mélodie sucrée et paroles méchamment salées de "Vieille Peau"), la mort, les voyages ("Izenah", surnom de l’île aux Moines, endroit où a été enregistré ce disque). La musique vient, elle, tisser délicatement entre guitare, pianos, banjos, scie… (Sammy Decoster vient donner un coup de main) une dentelle le long de ces paroles, point d’aboutissement de l’interprétation. Ce La Percée est un disque singulier, sur le fil des émotions, un voyage en terre poétique.

« Quand Même » joue fort pour faire connaissance avec ses voisins ! Dans cet hymne rock au vivre ensemble, VERONE sait se faire direct et efficace pour habiller ses histoires de petits tracas où chacun se reconnaîtra, le côté caustique et décalé venant donner à leur chanson exutoire une forme de légèreté à laquelle ils ne nous avaient pas habitués.
 
La tendresse est aussi une saveur inédite qu’on découvrira avec ce nouvel album, comme en témoigne le titre "Mamie"
 
« La Vallée » est une ballade primale rythmée de tambours originels, nous happant dans un voyage down tempo profond et poignant comme seul VERONE sait les inventer…



Interview du 26 octobre 2013 chez Froggy's delight
Fermez les yeux. Imaginez l’Alaska, un zoo, une femme fiancée à un crocodile. Imaginez une rencontre sur l’Île-aux-Moines. Imaginez un groupe qui aime la poésie, les textes mêlant rires et larmes, qui au surplace et à la facilité préfère suivre ses envies. Imaginez Verone. Imaginez La Percée, leur dernier disque voyage en terre poétique. Ouvrez les yeux…
 
Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous-vous présenter ?
 Fabien Guidollet : A la base, Verone est un duo. Pour ma part, j’écris les textes, je chante et joue de la guitare acoustique.
 Delphine Passant : Je joue de la guitare électrique, de la douze cordes acoustique et du banjo. Avec nous sur scène et sur La Percée, notre nouvel album, il y a Sammy Decoster (guitare, chœurs, scie, percussions) et Claire Redor (harmonies vocales).
 
Ils ont participé à l’écriture des chansons ?
 Fabien Guidollet : Sur ce disque, j’ai co-écrit avec Claire le texte de "Izenah", qui est le nom breton de l’Île-aux-Moines (où ont eu lieu les sessions d’enregistrement). Il s’agit d’une ballade sado-maso avec une touche médiévale. Nous écoutions pas mal de folk traditionnel à ce moment-là (Malicorne…).
 Claire et Sammy ont été indispensables à l’enregistrement de l’album (Sammy l’a d’ailleurs co-réalisé avec nous), entre autres pour trouver ces harmonies à trois voix que nous développons actuellement pour les concerts (comme un fantasme de Peter, Paul & Mary). Et l’apport de Mathieu Denis à la contrebasse et à la batterie a également été très important.
 
Comment pourrait-on définir la musique de Verone ?
 Fabien Guidollet : Nous appelons ça des ballades primales insulaires ! Pour ce nouvel et troisième album, La Percée, nous avons voulu faire les choses de façon simple et directe. Le premier album, Retour au zoo, était atmosphérique et électronique, comme une longue bulle planante. Le deuxième, La Fiancée du crocodile, était plus organique et ensoleillé, plus pop d’une certaine manière, mais aussi très arrangé. On peut dire que La Percée est plus folk, mais surtout plus brut et dépouillé – peut-être notre véritable premier album ?
 
Pour rebondir sur ce que tu dis, comment êtes-vous passés de Retour au zoo à La Fiancée du crocodile puis à La Percée, puisque vous traversez des genres plutôt différents ?
 Fabien Guidollet : Nous commençons par une phase d’écriture. Quand nous sentons que nous avons un ensemble de chansons cohérent qui appelle à enregistrer un album, nous nous demandons comment on pourrait les enregistrer. Ce sont les chansons qui imposent une production. Lorsque nous avons fait écouter à Sammy les maquettes de La Percée, il nous a dit qu’il fallait absolument préserver la simplicité et l’évidence des morceaux sur l’album.
 D’un disque à l’autre, nous essayons de nous renouveler, aussi bien pour l’écriture des musiques et des textes que pour la façon d’enregistrer. Concernant l’écriture par exemple, les morceaux du premier album, Retour au zoo, avaient été composés sur une longue durée, cinq ans environ. Nous avions d’abord écrit les musiques, les textes étaient venus après coup et étaient très oniriques, presque abstraits… Pour le deuxième, La Fiancée du crocodile, cela avait été radicalement différent puisque nous étions partis des textes, que j’avais écrits rythmiquement en me promenant pendant quelques heures. Les musiques avaient ensuite suivi. C'était aussi un disque plus fantaisiste, voire surréaliste. C’est encore autre chose qui s’est produit pour La Percée. Ce sont des chansons que nous avons écrites sur une période de temps plus ramassée. Nous étions isolés à ce moment-là. Des morceaux comme "Mamie" ou comme "Bleu" sont venus recroquevillé sur ma guitare, et sont ce que je peux faire de plus proche du blues. Du coup, l’album a une couleur plus intime, plus proche de l’auditeur. Les textes sont venus en même temps que les musiques, les deux sont intimement liés.
 
J’ai l’impression que vous allez vers quelque chose de plus en plus instrumental.
 Delphine Passant : Mais le texte reste au cœur des chansons et c’est souvent lui qui donne la couleur des musiques.
 
Moins électronique en tout cas.
 Delphine Passant : Plus organique, oui. Plus direct et proche de l’auditeur également.
 
Et donc quelle est la place du verbe dans votre musique ?
 Fabien Guidollet : C’est toujours une place importante. J’ai un peu de mal à séparer les textes des musiques en fait. Sur ce disque, il y a des chansons qui sont très intimes, comme "Mamie", d’autres plus fantaisistes comme "Fish pédicure", ou d’autres plus oniriques comme "La vallée" ou "La percée".
 
D’où vient que l’ambiance générale semble plus sombre, plus acide ?
 Fabien Guidollet : L’album sort à l’automne… Peut-être parce qu’il y a plus de chansons qui sont très proches de moi. En caricaturant, il y a pour moi deux façons d’écrire des textes ; soit en observant ce qui m’entoure et en décrivant ce que ça me suggère, soit en sortant des choses entièrement de moi. Et sur ce nouveau disque, il y a pas mal de choses qui sont de l’ordre de l’intime. Est-ce que cela peut intéresser les autres ? Je ne sais pas... Mais d’un autre côté, je suis fier de présenter quelque chose d’intime, parce que c’est un morceau de moi et que je ne peux pas le faire très souvent !
 La Percée a une couleur plus terrienne, voire chamanique, que les albums précédents (nous avons d’ailleurs beaucoup utilisé un tambour chamanique nord-américain), mais c’est un choix assumé. Nous écoutons beaucoup de musique folk américaine de la fin des années soixante et soixante-dix. Des musiques assez lentes, climatiques, avec des harmonies vocales omniprésentes. C’est en fait notre terreau naturel. Mais pour nous, ce n’est pas sombre, c’est tout à fait normal !
 
Justement, quelles sont vos influences ?
 Fabien Guidollet : A l’intérieur de cet âge d’or californien, il n’y a que l’embarras du choix, comme les Byrds ou Crosby, Stills & Nash. En France, on a eu quelques ricochets avec Manset ou le Nino Ferrer des années soixante-dix.
 
Vous semblez à part dans la production française.
 Fabien Guidollet : Je respecte toujours les artistes qui empruntent les chemins de traverse. Actuellement, on écoute Marcel Kanche, Lou et Pain-Noir. Mais aussi Lidwine, avec qui nous allons bientôt jouer. Et toujours Manset et Murat.
 
Vous aimez cultiver votre propre univers.
 Fabien Guidollet : Oui, mais ce n’est pas un choix, cela se fait naturellement. Nous avons nos propres envies qui donnent des chansons à l’arrivée. On ne se dit pas "faisons quelque chose qui sort de l’ordinaire" !
 
Comment donner aux gens l’envie de découvrir votre musique ?
 Delphine Passant : Si vous êtes stressé, cela vous apaisera. Si vous avez des doutes sur votre vie, cela vous permettra de vous remettre en cause, et au moins de voyager pendant une heure.
 Fabien Guidollet : Nous voulons vous donner envie de tout recommencer à zéro ! Apprenez à vivre ensemble et prenez le contre-pied de notre société individualiste actuelle et de son matérialisme imbécile.

Bleu chez Froggy's delight

Le 23 novembre 2013, Verone fait la première partie des Loïc Lantoine. Pour les rappels, les deux groupes s'associent sur "la nouvelle"de Loïc Lantoine, La chanson s'habille des coeurs de Verone. 

Le concert de Vérone en intégral ici !

 

 























































































 



Créé avec Créer un site
Créer un site