Christophe Tarkos, né à Marseille en 1963 et mort le 30 novembre 2004, est un poète français.
 

Sa poésie s'inscrit dans le projet général de vivifier et de défendre la langue française :
 
« Je suis un poète qui défend la langue française contre sa dégénérescence, je suis un poète qui sauve sa langue, en la faisant travailler, en la faisant vivre, en la faisant bouger. »

Il est important de penser (film hommage à Christophe Tarkos)
Film de Katalin Molnar et David Christoffel en hommage à Christophe Tarkos, diffusé la première fois au Centre Pompidou, le 7 novembre 2009.


Ecrits poétiques de Christophe Tarkos
Film de Katalin Molnar réalisé par David Christoffel, à l'occasion de la sortie des Ecrits poétiques de Christophe Tarkos (POL, 2008), premier livre posthume, établi par Katalin Molnar et Valérie Tarkos. Avec des extraits de "Processe" lus par Valérie Philippin et des extraits de la pièce "Le cri de l'oie" mise en scène par Thierry Poquet (Théâtre National de Valenciennes, 2008).


 
 

Ce travail de la langue repose dans son œuvre sur un passage à la limite, fruit d'un travail de rumination minimaliste. Cette rumination correspond à un travail de subversion poétique où les règles instituées éclatent pour donner naissance à une parole autre, un horizon de possibles inusités. Le poète s'attaque à la langue dans sa matérialité dans la filiation de Gertrude Stein, de Gil J Wolman et de Beckett et la transforme en « pâte-mot ». Refusant la connivence, l'échange propre à l'univers communicationnel capitaliste, C. Tarkos s'est engagé dans un processus critique qui prend la forme d'une « mastication verbale » enfermant volontairement sa langue dans une textualité sans extériorité, sans image.
 
La poésie de C. Tarkos est un acte de déconstruction périlleux qui tente d'aboutir à la libération d'une langue perçue comme aliénée au risque de l'incompréhension et du mutisme. Formidable performer en tant qu'improvisateur génial de sa poésie, il participa au renouvellement de la poésie en France en multipliant les interventions publiques.

ChristopheTarkos se lit :
Tambour et Tombola


Le petit bidon

Ma langue

J'ai un problème

L'homme de merde

Extrait

Il créa avec Katalin Molnàr la revue Poèzie Prolétèr, ainsi que, avec Charles Pennequin et Vincent Tholomé, la revue Facial, qui ne comporte qu'un seul numéro mais dont l'influence fut très nette chez certains jeunes poètes. Tarkos a également participé de près à l'élaboration de la revue Quaderno, avec son ami Philippe Beck.
 
Christophe Tarkos par Udre-Olik :
Musicien dans la compagnie Udre Olik pour le spectacle «Je dis ce que je veux», Eric Philippon (Fil) crée autour des textes de Christophe 
Tarkos (Création musicale et interprétation : Fil). Philippe Languille, comédien, est l'interprète principal de Tarkos.  
 
La Compagnie Udre Olik présentait son spectacle "JE DIS CE QUE JE VEUX"
sur des textes de Christophe TARKOS à l'Ogresse , PARIS.


Extrait du spectacle de la Cie Udre-Olik : 
Sylvaine, lu par Fil


Pompon, lu par Philippe Languille, musique, Fil

Les relations, lu par Philippe Languille, musique, Fil

Les éviers, lu par Philippe Languille, musique, Fil

Il neige, lu par Philippe Languille, musique, Fil

 
 
Christophe Tarkos inspire d'autres créations :
 
Bertrand Belin lit Tarkos : extrait de Caisses ( P.O.L) de Christophe Tarkos
le 10 nov 2013 à la Maison de la Poésie




PROJET TARKOS "il neige encore une fois" par la troupe Eolie Songe
- système de projection sur panneaux pour le théâtre.
- partenariat entre supinfocom et la troupe Eolie Songe.
- d'après un poème écrit par Christophe Tarkos.


 

Œuvres de Christophe Tarkos :
Oui (1996)
La Bâton (1998)
Caisses (1998)
La Valeur Sublime (1998)
Le Signe = (1999)
L'Argent (1999)
Cage (1999)
PAN (2000)
Anachronisme (2001)
Processe (2003)
Écrits poétiques, POL (2008)



































































 



Créé avec Créer un site
Créer un site