Francesca Solleville est née en 1932 de père gascon et de mère italienne. A la maison, sa mère joue du piano, mais Francesca se passionne pour la littérature française tout en apprenant le chant classique (Schubert, Debussy...). A Paris, elle fait des études de Lettres à la Sorbonne où elle obtient une licence, et suit les cours de la cantatrice Marya Freud. Elle est engagée dans les chœurs de Radio France.
À partir de 1958, Francesca délaisse le chant lyrique afin de chanter ses auteurs préférés dans les cabarets Rive-Gauche de Paris. Influencée par Germaine Montéro et encouragée par Léo Ferré, elle est orientée par Jacques Douai vers la maison de disques Boîte à musique. Elle y enregistre son premier 45 tours en 1959 : Francesca Solleville chante Aragon et Mac Orlan.
Elle chante dans de nombreux cabarets : à l'Écluse, où elle chante avec Barbara, à La Contrescarpe où Elsa Triolet et Louis Aragon viendront l'entendre chanter, à La Colombe où elle croise Pierre Perret et au Port du Salut où chantent également Christine Sèvres, Jacques Debronckart, Maurice Fanon, Pia Colombo, Pierre Louki, Ricet Barrier. En 1959, elle chante à la Mutualité deux chansons de Louis Aragon (La rose du premier de l'an et Un homme passe sous la fenêtre et chante).
En 1960, elle chante pour son deuxième 45 tours Luc Bérimont, Aragon et Ferré. En 1961 elle chante Mac Orlan dans un nouveau 45 tours.
En mai 1962, paraît le premier album 25cm de Francesca, intitulé Récital n°1, où elle chante les poètes Paul Fort (La Marine, mis en musique par Georges Brassens), Charles Baudelaire, Louis Aragon et Jean Ferrat (J'entends, j'entends).
Dans les années 1960, elle enregistre également des chansons d'Hélène Martin, Georges Coulonges, Yani Spanos, Philippe-Gérard, Serge Rezvani, et des poèmes de Guillaume Apollinaire et Jean Genet. Elle chante dans le film Dragées au poivre qui sort en 1963. En 1964, elle reçoit le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour son Récital n°2 de 1963.

 
Emission "Gala de la Fine Fleur de la Chanson Française", présentée par Luc Bérimont, diffusée par l'ORTF le 2 mai 1968.
Accompagnée par un orchestre placé sous la direction de Jean-François Gaël, Francesca Solleville chante trois chansons :
- "Lola, Lola", paroles de Michelle Senlis et Claude Delécluse, musique de Jacques Debronckart
- "Vietnam", paroles et musique d'Henri Gougaud
- "La fille des bois", paroles de Pierre Mac Orlan (parues dans le recueil "Mémoires en chansons", Gallimard, 1963), musique de Léo Ferré.


Elle s'affirme comme interprète de chansons engagées contre le nazisme, le franquisme, la guerre du Viêt Nam. Elle soutient également la cause ouvrière (Le Chant des ouvriers). En 1971, elle enregistre avec Mouloudji et Armand Mestral La Commune en chantant, un hommage aux cent ans de la Commune de Paris. En 1975, elle sort Chants d'exil et de lutte sur des textes de Pablo Neruda. En 1988, elle célèbre le bicentenaire de la Révolution française avec Musique, citoyennes !. Allain Leprest écrit les paroles de son album Al Dente de 1994. En 2004, elle publie son autobiographie, A piena voce, écrite avec la collaboration de Marc Legras.
 
En 2008 sort son album "Donnez moi la phrase"
1. Donnez-moi la phrase (Allain Leprest / Jean Ferrat) 4'32
2. Chanson des sans voix (Gilbert Laffaille) 3'08
3. On est de ce pays (Yvan Dautin / Angelo Zurgolo) 3'05
4. Je déménage (Thomas Pitiot) 3'20
5. Le petit matin (Rémo Gary / François Forestier) 3'34
6. Chante encore Leprest (Eric Barbara / Gérard Pierron) 3'50
7. Mangez le poete (Chanson pour intermident du spectacle) (Allain Leprest / Gérard Pierron) 2'09
8. La marge (Rémo Gary / Nathalie Fortin) 3'07
9. Soleil de plomb (Michel Bühler) 3'24
10. C'est ton premier gala (Anne Sylvestre) 2'53
11. Un vieux (Guy Thomas / Jacques Boyer) 1'54
12. Cétacé  (Allain Leprest / Michel Precastelli) 3'09
13. Bas les masques (Allain Leprest / JeHan Cayrecastel) 2'13

14. Le sculpteur et le cerisier (Allain Leprest / Gérard Pierron) 2'24
15. Est-ce ça le Chemin des Dames ? (Rémo Gary / Jean-Luc Michel) 3'20
16. Je te passe le poing (Rémo Gary / François Forestier) 3'13
17. La leçon (Bernard Joyet) 3'42

En 2009, elle a fêté ses 50 ans de chanson. En décembre 2009, paraît un livre de Véronique Sauger : "Portraits croisés, Francesca Solleville, Allain Leprest" (Ed. Les points sur les i).
 
Des impair pour un impair : Un des derniers textes d'Allain Leprest, qu'il lui avait envoyé. 

Entretien entre Allain Leprest et Francesca Solleville

 
Francesca Solleville est avec Isabelle Aubret et Christine Sèvres, la chanteuse ayant le plus interprété Jean Ferrat.

 
Camarade
paroles de Jean Ferrat



Elle interprète les poètes.
 
Que serais-je sans toi ? Paroles de Louis Aragon

 
En tant qu'amie d'Allain Leprest, elle lui rend hommage sur scène avec Loïc Lantoine. Ils interprètent "Sacré coco", texte d'Allain Leprest et musique de Gérard Pierron le 16 juillet 2012 



2 ans  plus tôt, elle interprètait la même chanson aux côtés d'Allain Leprest :


Et une version historique de 1986, mais qui n'a jamais été
commercialisée mais est restée une exclusivité réservée
pour la fête de l'huma ... pour des raisons qu'on peut comprendre ...
Sacré Coco orchestré de manière très personnelle
par Gilles Langoureau (musique Gérard Pierron)

chanté par Allain Leprest
 
Sacré coco

Déjà qu'à un an ses parents
Poussaient son landau en gueulant
Pour Vanzetti et pour Sacco
Il a grandi sous une banderole
Entre une affiche et un seau d' colle
La moindre manif, il y go
Sacré coco
 
Soixante-dix piges et des poussières
Qu'il balaie chaque anniversaire
Entre les miettes et les mégots
Comme il dit "J' suis un dinosaure"
On cherchait pas le même trésor
C'est là qu'on n'est pas ex-æquo
Sacré coco
 
Il dit aussi "Juré, craché !
J' boss'rai pas pour des haricots
Et si ça arrange leurs affaires
Demain pour la classe ouvrière
J' port'rai des godasses en croco"
Sacré coco
 
Il dit même "Pour les non-voyants
Il faudrait écrire les slogans
En braille sur les calicots"
En classe, il a pas été loin
Mais il connaît sur l' bout des poings
Cézanne, Beethov' et l' père Hugo
Sacré coco
 
On rentre chez lui sans frapper
Là où c'est écrit "J'aime la paix"
Au trente-six rue des coquelicots
On sirote un alcool de fruits
En rigolant, il dit qu' chez lui
C'est l' temps des cerises en bocaux
Sacré coco
 
On chante la jeune garde à tue-tête
Quand c'est qu' des fois sous sa casquette
Souffle un vieux coup de sirocco
Et le lendemain, sa geule de bois
Sûr c'est la faute à Paribas
C.I.A. monopole and co
Sacré coco
 
Pour la castagne, il crie "D'abord !"
Pour la fiesta, il crie "D'accord !"
Et pour le cul, il crie "Banco !"
Il dit encore "Si il fait froid
Lutte à l'envers, lutte à l'endroit
Se battre, c'est se faire son tricot"
Sacré coco
 
"Y a pas de sans-culotte au ciel"
Comme il dit "J'suis pas éternel
D'ailleurs, Dieu c'est du rococco
Quand j' s'rai mort, juste un bouquet rouge
Des chansons et des gens qui bougent
Pour qu' le vent reprenne en écho"
Sacré coco
 
Paroles: Allain Leprest. Musique: Gérard Pierron   1989


Francesca Solleville parle d'Allain Leprest dans le magazine "Je chante" n°8, où elle recite cette chanson :












 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site