Allain Leprest
au 9ème Printemps de Bourges
(31 mars 1985)

 
 
 
Au programme (1) :
 
Mec
Le sac à main  ... (2)
Goodbye Gagarine
Le mime (3)
 J'ai peur
Rimbaud (4)
 La kermesse
 Y'a rien qui s'passe
 Edith (4)
Je hais les gosses
 
La captation est complétée par 3 réactions recueillies à chaud :
Maurice Frot, Jacques Vassal et Allain Leprest.
  
(1) Dans le petit article reproduit ci-dessus à droite, ainsi que dans l'ouvrage de Thomas Sandoz "Je viens vous voir" (p. 61-62), il est indiqué que "Chien d'ivrogne" a été interprété (sur une musique de Bertrand Lemarchand) parmi les 10 titres du concert donné à Bourges le 31 mars 1985. Cette chanson ne figure pas sur les 2 exemplaires des enregistrements estampillés "Bourges 85" qu'Allain avait dans ses archives sonores et qui ont servi de base à la réalisation du clip mis en ligne ici. Cette discordance dans le titrage reste inexpliquée.
(2) Musique différente de la version studio intitulée "Dans le sac à main de la putain"
(3)  Diction
(4) Musique différente de la version studio, compositeur à préciser.
 
* * * * * * * *
 L'auteur de l'enregistrement audio original n'est pas connu (du site). Le document actuel est marqué par les vicissitudes de la copie de copie de copie, du vieillissement des supports et d'un nombre indéterminé de "traitements" irréversibles : il n'en est donc que plus aujourd'hui, la trace –précieuse et inédite- de la consécration de "l'inconnu Allain Leprest" à son premier Printemps de Bourges.
Un peu d'indulgence pour les défauts et les imperfections, "C'est pour l'amour, pas pour la gloire…"
Merci !


   
"Paroles et Musique" n° 51 ....
Allain Leprest était la révélation du printemps de Bourges .... interview un mois plus tard par Jacques Vassal, présentation du portrait par Pierre Favre.


 



NB : Ce printemps de Bourges en 1985 n'était pas le premier : Allain Leprest avait déjà un printemps de Bourges à son actif, celui de 1981 avec Manuel Gipouloux, Fabrice Plaquevent (Julien Heurtebise) et Stéphane Rio.
"BOURGES !!! LE PRINTEMPS 1981
On ne s’y attendait pas. Personnellement je n’avais qu’une vague idée de ce festival. J’ai failli taper « de ce truc-là » !!! J’avais acheté une 4L fourgonnette depuis quelque temps: celle avec les vitres et le toit surélevé. C’était impossible d’acheter ce véhicule en commun. Limite petite bétaillère pour les moutons. On pouvait y mettre la sono de Fabrice … Cette sono était un peu le 5ème Homme car elle pouvait être capricieuse. On l’a emmenée à Bourges. J’ai fait le voyage avec Fabrice. Je ne me souviens plus comment Manu et Allain y étaient allés… et comment ils sont rentrés… Allain savait parler franchement à une bouteille !!! Il décapsulait les bouteilles de bière avec les dents à une vitesse !!! Il n’y avait pas de ralenti ou de replay pour revisualiser la maitrise du geste !!!
Un peu la foire là-bas. J’avais juste l’Alto. On a eu du mal à trouver l’endroit où on devait passer vers 16 Heures. On avait droit à 2 chansons. Je ne sais plus ce qu’Allain avait choisi. La salle était comble. On a attendu notre tour… Ce fut un peu long pour Allain qui a disparu se faire une petite sieste et est revenu avec de la paille sur les vêtements !!! On a joué. Pas besoin de notre sono. Celle qui était là était forcément très bonne. Le planning a pris du retard. Les spectateurs ont fait un triomphe à Allain et à nous aussi. Allain nous a toujours présentés au public…
«  Et Stéphane Rio ! Au saxophone à bouche ! » On avait passé beaucoup plus de temps que prévu sur cette scène. Cela a du être dur pour le chanteur nous suivant. Allain a été mentionné dans des journaux nationaux. On ne pouvait pas encore parler d’articles. Si je me souviens bien, il y eut Libération et Le Monde. Je suis très sérieux. GRANDE JOURNEE !!!"
Stéphane Rio (en lire plus sur sa page)


























































 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site