Cécile Jarsaillon et Jean-Benoît Nison se sont souvent croisés sur les routes avec leurs formations respectives : Les Suprêmes Dindes et Violon Profond, avant de créer ce projet commun en août 2010 : Vison.
 
Ils ont uni leurs influences pour servir au plus près les textes en français de leurs chansons, sentimentales, engagées et mélancoliques. 
 
Vison au Festival Terre de Couleurs 2012 à Daumazan  
Pardon de t'avoir dérangée



 
 
Cécile Jarsaillon
(composition, textes, guitare, chant).
Comédienne (Jacky Star, le groupe O, Lackaal Duckric, le group Berthe), artiste plasticienne (peintures, broderies, sculptures).
Elle a été aussi à l’initiative des Suprêmes Dindes durant 15 ans de 1994 à 2009.
6 albums ont étés enregistrés :
«Femmes Divines» – 2007 – exclaim/warner – 6000 ventes – management, édition : Mike d’Inka (Sinsemillia), en collaboration artistique avec Denis Barthe (batteur de Noir désir) – duo avec Didier Wampas, avec Didier Super – plusieurs passages TV. (dont Taratata, CD d’aujourd’hui) interviews. clips.

«la Poutine» – 2006 – crashdisques/pias – 2000 ventes – édition : Marsu (Béruriers Noirs)

«la Buche» – 2004 – artdisto/wagram – 2000 ventes – collaboration avec J.P Spirli (Les V.R.P, Les Wampas, Les Nonnes Troppo, Philippe Decouflé)

«Blanc de Poulet» – 2002 – artdisto/wagram – édition : 2DTour (Ange, Bijou, Les amis d’ta femme) – son : Nico Matagrin (Mei tei sho, High Tone))

«le Bonheur c’est quand on est Bien» – 2000 – autoproduit

«la Femme est d’un naturel plutôt joueur» -1998 – autoproduit
Le groupe, parmis ses 700 concerts un peu partout en France, en Allemagne, au Québec, a partagé la scène avec Jacques Higelin, Mickey 3D, Matmatah, Arthur H, les Têtes Raides, les Wampas, Didier Super, les Tambours du bronx, Loic Lantoine
 
Jean-Benoit Nison
(composition, batterie, claviers, basse, choeurs)
Auteur, compositeur, interprète et comédien, il pratique plusieurs instruments (piano, guitare, chant, batterie) dans de nombreuses formations jazz, rock, improvisation, chanson française telles que Vison, Lazzi (un album édité chez sony), Bly, Omfa, Vedett, ainsi que dans le collectif Lillois «Trash et Tradition», programmés dans de nombreux festivals (3 fois Dour, 2 fois les Trans, Tzieget).
Il est aussi chanteur depuis 1998 dans le spectacle Violon Profond (duo violoncelle-chant). Nombreuses tournées françaises et internationales (Belgique, Allemagne, Bulgarie, Espagne Hongrie, La Réunion, Nouvelle Calédonie…).
Il a été compositeur,pianiste et batteur avec la compagnie Les Sangs-cailloux de 1998 à 2003 et batteur pour la compagnie L’Interlude T/O sur le spectacle Jardinage humain de 2006 à 2010 (une centaine de représentations en scènes nationales).

Également formateur en musique et chant (formé par l’association A corps-voix depuis 2005), il encadre des jeunes groupes et anime des stages de chant. Il travaille comme intervenant musical avec des compagnies professionnelles souhaitant intégrer la musique ou le chant dans leur spectacle.

25 minutes de Vison en live à Liège (Belgique) le 11 septembre 2011



Et un concert de Vison pendant le festival Bar-Bars 2014
 

Les sorties CD :
Il y a d'abord un Maxi 5 titres
Danses nuptiales
Les petites musiques
Mes larmes
Pardon de t'avoir dérangée
Je te donnerai ta liberté


  Je te donnerai ta liberté
Je te donnerai ta liberté, qu’il m’a dit.
Que vais-je en faire? dormir oui.
Que vais je faire de tout ce corps et ces dix mille pensées,
Et mes secrets, ils sont pour qui?
Ah mes amis, j’ai trop de temps, allons nous noyer dans les lacs.
J’ai plus rien dit pour pas faire peur.
 
Je te donnerai ta liberté, qu’il m’a dit.
Mais quel toupet. manquerait plus que ça. il m’est venu…
Qu’est-ce que je vais faire avec mes roulades sous la table?
Et mes grands discours insensés?
Ah mes amis, il se prend pour qui? je vous rejoins en mobylette
Je crois que je te comprend pas bien.
 
Je te donnerai ta liberté, qu’il m’a dit.
Tu me donnes les guitares électriques, j’ai pensé.
Qu’est-ce que je vais faire de toutes ces fleurs et ces vases Ikéa?
Les vilains mots, je les dis plus?
Ah mes amis, je peux pas vous laisser là.
Mauvaise intuition féminine.
 

Je te donnerai ta liberté, qu’il répète.
C’est très gentil de ta part, il m’est venu.
Que vais-je faire d’un chien de garde au regard battu?
À je dois justifier tout?
Ah mes amis, il me prend pour qui?
T’endez, j’arrive dans deux minutes.
 

Danses Nuptiales
On fait des danses nuptiales
Des très grands ronds dans le ciel
On joue de la guitare invisible
En se roulant sur le sol
On chante très fort les refrains
Pour bien montrer qu’on les connaît
Et je te crie dans les oreilles
Histoire que tu me voie
s bien
 
 Scopitone is not dead n°84 : les danses nuptiales
réalisé par David Valet

 www.scopitoneisnotdead.com

On est trois
Je sens bien
À te tourner vautour
Comme des bêtes
En frôlant ton épaule
J’ai goûté tes cheveux
À choisir
Préfère-moi

 making of du scopitone des danses nuptiales



On fait des danses nuptiales
On fait le singe et l’oiseau
Ce sont les danses modernes
Civilisation dernier cri
Je regarde mes rivales
Elles sont moins belles que moi
Et elles font pas le grand écart
Regarde, je le fais pour toi
 
On est trois
Je sens bien
À te tourner vautour
Comme des bêtes
En frôlant ton épaule
J’ai goûté tes cheveux
À choisir
Préfère-moi

Une version CD Maxi sort ensuite, un 6 titres. C'est une sorte d'ébauche au futur "Mots précieux".
Les mots précieux
Petites musiques
Le Rock
Les danses nuptiales
Pardon de t'avoir dérangée
Je ne parle que de moi



 
Le Rock est mis en clip
Le Rock
Si ça veut dire qu’on se fout de tout, qu’on n'aime pas sa mère,
Qu’on regarde les culs avec des commentaires,
Qu’on parle ultra fort avec des vilains mots comme «pute, pd, gros connard».
Qu’on boit le matin, qu’on a le froc qui pue, le cheveu super gras,
Qu’on fait n’importe quoi, et n’importe comment,
Qu’on n'a  pas dormi, alors on est dangereux si on prend la bagnole.
Qu’on a les mêmes formules, les mêmes histoires depuis un demi siècle,
Qu’on fait chier ceux qui rentrent, qu’on fait chier ceux qui restent.
 
Si c’est ça, je hai
s le rock’n’roll !
 
Si ça veut dire qu’on écoute rien, qu’on pense qu’à sa gueule
Et à son petit plaisir, et à son gros goûter qu’on montre à tout le monde sans souci d’impudeur.
Qu’on méprise l’innocence, qu’on prend soin de rien, on en a rien à foutre.
Le concret c’est bidon, le réel c’est de la merde
Surtout quand c’est les autres qui nettoient tout derrière.
Pas de patience, pas recul, et surtout pas de pardon.
On dit jamais merci, dès fois que ça ferait lèche-cul.
 
Si c’est ça, je hais le rock’n’roll !

 
Si ça veut dire, qu’on est hystérique, qu’on fait des scandales,
Parler de son envie de chier, mettre des collants troués,
Gueuler dans un micro en disant que c’est de l’art,
Moins y’a de mots, mieux c’est.
Trouver tous les moyens d’avoir l’air d’une salope,
Ça fait anti-bourgeoise. Aimer la nonchalance, se traîner à Paris,
Se faire des mecs dans les loges, raconter que gosse, on a bien galéré.
 
Si c’est ça, je hais le rock’n’roll !
 
Et si ça veut dire, l’énergie vitale, l’étonnant mélange du muscle et du son,
Un jus puissant qui te rince tout entier quand t’entends la guitare.
Que ta peau, que ton souffle rougissent à la sueur.
Que tu lèves le bras vraiment super haut en tendant le poing pourfendant l’univers comme pour sauver la ville de la léthargie.
Si ça veut dire danser, mais danser comme tu veux,
Tu inventes des choses si tu es pas d’accord,
Avoir de grandes envies et y aller et y aller, choquer les pauvres cons, faire de la poésie, aimer les carcasses, préférer le bordel.
 
Alors là j’aime … le rock’n’roll !



Les petites musiques
font aussi l'objet d'un scopitone

Mise en image : David Vallet // Extrait de la saison 3 de SCOPITONE IS NOT DEAD une série crée par David Vallet // En partenariat avec le TFT Label // Plus d'infos sur les scopitones des années 2000 sur : www.scopitoneisnotdead.com

Les Petites Musiques
J’ai besoin de l’entendre, c’était quoi déjà,
Cette petite musique?
Qui 
faisait :
 
J’ai pensé que pour dormir, pour toi petit garçon,
C’était utile de te faire bercer par cette petite musique
Qui faisait :

 
Je m’disais, c’est pas urgent de faire des nouveaux groupes,
Mais y’a besoin qu’on entende ce genre de petite musique
Qui faisait :
 
Les lumières auront au moins servi au génie
Qui nous a pondu cette sorte de petite musique
Qui faisait :

 
Le matin vers 10h le froid est arrivé sur la ville
À la radio t’as trop envie qu’ils passent cette espèce de petite musique
Qui faisait :
 
Je sais d’office que c’est pas pour la patrie que je crèverai
Mais plutôt pour ce style de jolie petite musique
Qui faisait :



Les Mots Précieux
 
Je ne parle que de moi
Je ne parle que de Moi
Ouais, je parle pas,
Ou alors que de moi,
J’ai pas d’autre sujet,
Ni la mémoire des noms,
C’est pas compliqué :
Je me souviens jamais.
Vos idées je m’en fous,
Même si je fais semblant de bien vous écouter,
Vous me trouvez sympa,
Mais en fait c’est pas vrai.
 
Car j’ai le rire facile
Et l’esprit plutôt cool,
Le physique souple
Et les pensées modernes,
Vous me croyez capable d’encaisser des montagnes
Et de porter vos poubelles,
Mais vous vous méprenez,
J’ai les mêmes choses que vous,
Petite et frêle,
Incompétente et lâche.

 
Qu’est-ce que tu deviens ma chère confiance?
Je t’ai écrit, et sans réponse,
Je cherche ta trace sur le chemin,
Les petits cailloux ont dû rouler,
Le bois est noir, les arbres griffent,
Je perd mon souffle sur la falaise,
Un vent tout blanc,
Et les vautours qui tournent autour
 
Oui toutes les stations essence
Des routes de France,
Je les ai connues,
Tous les hall de gare
Où j’ai rasé les murs
En attendant le jour.
Si ça vous rassure, faut vous faire à l’idée
Qu’un petit asticot peut me faire tressaillir,
Et un seul mot de vous ébranler mes murailles.
 
Et comme je l’ai dit, je ne parle que de moi j’ai pas d’autre sujet,
Sinon je suis pas concentrée,
Mais là c’est revenu, j’ai gagné la bataille,
Je pourrais vous aider à tout déménager,
Je tiendrais le volant,
Et vous emmènerais toucher le bout du monde.

 

Quelques morceaux se rajouteront ensuite à la liste qu'on peut écouter sur leur soudcloud. L'album "Les mots précieux" se préparent.

Si demain je meurs
Je te donnerai ta liberté
Le pont des larmes
Mes larmes


Si Demain je Meurs
Si demain je meurs,
Verra le docteur,
Que mes ongles de pieds ne sont pas très bien coupés,
Que j’ai un stérilet dont le fil est envolé,
Qu’il me manque une couronne lui qui me croyait la reine,
Que j’ai pas fait mes racines,
Que j’ai 20 poils au maillot.
 
Il saura tout de moi, alors qu’on ne se connaît pas.
 

Si demain je meurs,
Pour mon anniversaire,
Il verra à l’hôpital que j’ai bu du brandy,
Que je suis 3 fois tatouée,
Que je fais de la guitare,
Que j’ai mangé un pot au feu, et une salade d’épinard,
Que j’ai 25 cicatrices, les stigmates des caprices,
Et surtout celle du cœur, celle qui fait pourquoi je meurs
 
Il saura tout de moi, alors qu’on ne se connaît pas.
 
Si demain je meurs,
À l’aube du printemps,
Il trouvera sur mon corps toutes les traces des amants,
Les années pilule,
Les années plan-plan,
L’opération de mes yeux,
Celle des nodules,
La couleur de ma rate et la forme de ma chatte
 
Il saura tout de moi, alors qu’on ne se connaît pas.  pas.


Le Pont des Larmes
Je traverse le pont des larmes dans la ville que j’aimais tant.
Sauter ne me ferait rien tellement j’ai déjà froid.
Surtout, non, ne pas se retourner.
Dans ma course, la dernière haie, jambe devant.
Tenaces les pleurs,
Menacent mon cœur,
J’ai froid
Je me love dans mon grand pull au fond du lit très doux.
J’évite de toucher ma peau c’est pas à moi de le faire.
Surtout, non, ne pas penser à toi.
Dans ma gorge, sur ma bouche, un goût amer.
Tenace colère,
Menace polaire,
J’ai froid
 
Je ballade mes idées fixes dans les bistrots bruyants.
Vous écouter ne me ferait rien. je veux juste pleurer.
Surtout, non, ne pas rester sauvage.
Dans mon âme, une balafre toujours la même qui s’ouvre.
Tenace la plaie,
Menace l’été,
J’ai froid
 
Je traverse le pont des charmes dans cette ville inédite.
Sauter ne me dit rien tellement y’a de choses à faire.
Surtout, non, ne pas regarder en bas.
Je vais rejoindre des copains, ce soir y’a un concert,
Un mec, tout seul, qui joue.

Mes Larmes
Vous avez préféré mes larmes et les charmes vulgaires.
Vous avez préféré les ongles peints et les voix de crécelle.
agnagnagnagnagnaaan
Vous avez préféré le papier plutôt que le cadeau.
 
Pour vous garder mes hommes, je me serai amputée
Mais les grandes cuissardes m’auraient blessé les pieds!
 
Vous avez préféré les caprices devant les magasins.
Vous avez fait dans le sophistiqué et la fille trophée.
Vous avez préféré sucer le sein à vivre l’aventure.
Vous avez préféré les poses et les pensées primaires.
 
Pour vous garder mes hommes, je me serai amputée,
Mais les fines dentelles m’auraient scié le cul!


 

 
2013 : Les Mots précieux (13 titres).
Après une centaine de concerts partout en France, ils ont décidé de concrétiser cette belle aventure par un premier album. 
Le disque, enregistré et mixé à Bruxelles par Rudy Coclet (Arno, Ann Pierlé…), est un savant mélange de textures sonores hybrides, d’’arrangements rugueux ou raffinés, de climats sauvages et planants. Les titres du Maxi y figurent, ainsi que les nouveaux rajoutés et quelques inédits, mais tous sont remixés, réarrangés, réorchestrés avec la participation de Damien Nison aux claviers et Julien Favreuille aux saxophones.  Ils enrichissent subtilement ces treize morceaux.
Poèmes intimes, hymnes romantiques, expérimentations pop, déflagrations électriques, ils ont laissés libre cours à leurs désirs, ne mettant aucune limite à leurs envies. Pour l’occasion deux prestigieux invités : Damien Nison aux claviers et Julien Favreuille aux saxophones ont enrichi subtilement ces treize morceaux.

 C’est un surprenant voyage musical auquel on s’abandonne. Vison propose un univers passionné et brut, rare et précieux.
 

Les mots précieux
Les petites musiques
Les danses nuptiales
Je vais perdre mon temps avec toi
Je ne parle que de moi
Superwoman
Petites filles
Si demain je meurs
Le rock
Le sang
Pont des larmes
Pardon de t'avoir dérangée
Mes larmes

Plouc Magazine – Janvier 2014 – Par Christian Décamps :
Francofans

 
Les Kag sont invitées à faire les choeurs

Au travail avec les Kag 



Quelques extraits de cet album, avec des nouveaux morceaux, 
et un remixé (pour rappel, ils sont tous
"comme nouveaux" puisque tous réarrangés)

Petites filles
Si demain je meurs
Le sang
Pont des larmes
Pardon de t'avoir dérangée


Petites Filles
Toutes ces petites filles qui fument, qui fument.
Qui sourient avec leurs boucles rondes en or,  achetées par papa.
Et leurs jeans, toutes.
Et leurs bottines qui tapent sur le sol.
Elles rient, récitent leurs futileries, elles plaisent.
 
«Tais-toi» leur diront-ils.
 
Ils penseront :
«Je veux juste te dégainer pan-pan dedans.
Tais-toi, petite fille.
Je ne veux pas t’entendre,
Ni tes boucles,
Ni tes phrases,
Je veux juste te descendre,
Un peu plus bas et bien profond.»
 
Ils iront chercher dans la cible cette chose noire, ronde,
D’où qu’ils viennent.
Ils veulent juste voir ce que ça change.
 
Toutes ces petites filles qui fument
Avec leurs fond de teint, toutes,
Se font dégainer pan-pan dedans,
Un jour, pour rien.

Pardon de t’avoir Dérangée
Pardon de t’avoir dérangée,
J’avais pas vu que tu vivais aussi,
Que les caves de ton château prenaient l’eau, et que c’est compliqué.
C’est compliqué pour les plannings, les soucis avec le papa.
Je crie pourtant,
On a tendance à faire du bruit.
 
Pardon de t’avoir dérangée,
J’avais pas vu que tu étais en vie,
Que les murs de ton château laissaient passer le jour et toi aussi.
Ça va tout droit, dans le tunnel, moi j’ai le même juste à côté.
Fais moi un signe,
On a tendance à faire du bruit.
 
Pardon de t’avoir dérangée,
J’avais pas vu que tu étais en vie,
Que tu ne m’invitais plus du tout au château, dans les réceptions.
C’est compliqué coucher les petits, tu l’as dit, je peux pas comprendre,
Ton homme jaloux,
On a tendance à faire du bruit.
 
Pardon de t’avoir dérangée,
J’avais pas vu que tu vivais encore,
C’est en passant vers le château, tu vois, sur la route du soleil,
Que j’ai eu bien des remords, et tu l’as dit, j’ai rien compris.
On a le temps,
On a tendance à faire du bruit

Le Sang
Une forêt luxuriante, des arbres à couper le souffle,
Des rivières et des cascades, ah Dieu peut en être bien fier.
Une école où les gamins sont dix à se courir après avec des armes de bois
Pour faire comme papa, mais là dans le tournant, là… encore du sang.
 
Quatre ou cinq périodes de trouble dans la confusion totale,
Preuve en est que ceux qui ont vus cherchent le sommeil qu’ils n’ont plus.
Les doigts qui s’agrippent au bateau ne verront jamais Toulon,
Les mains tendues aux colons…
C’est à foutre mal au ventre, mais là sous la gorge, là… encore du sang.
 
Et dans les années Mesrine, sous le béton des prisons, dans les banques partout en France, sous le képi, sous surveillance.
Il dit : «on a armé ma main, au son de la marseillaise, et les meurtres collectifs rendent peu de gens mal à l’aise».
Et là sans sentiment, là… encore du sang.
 
Dans un chambre de verdure, un matin de grandes vacances,
On a écrasé la fleur du petit corps de collégienne.
J’ai retrouvé mes esprits, son prénom et ma culotte.
J’ai dit au revoir au garçon et suis partie l’air un peu con, mais là dans le duvet, là… encore du sang.

 

 
 
2014 - Sorti d'un duo inédit de Cécile Jarsaillon avec Loïc Lantoine, "Je t'aime", avec un beau clip en prime (chanson hors album) :

"Je t'aime"
La femme : Cécile Jarsaillon
L'homme : Loïc Lantoine
Paroles et Musique : Cécile Jarsaillon
Dessins et Montage : Joseph Bona et Charles Cailleteau
 
Faut-il que je te dise que je suis avec toi, chaque seconde que tu vis.
Maintenant que je t’ai, j’ai confiance dans tout.
J’aime ton souffle, je te soutiendrai devant l’éternel.
Je marche, je respire, tu es ma raison d’être,
Tes gestes me ravissent, et n’importe quelle chose que tu touche se transforme et je l’aime aussi.
Si je sais que tu es heureux, alors je suis heureuse.
Dans le fond de mon cœur je voudrais t’aider à devenir encore plus rayonnant, si c’est encore possible tellement tu es beau.

 
Faut-il que je te dise que tu es vraiment la plus belle chose qui me soit arrivée depuis que je connais le bonheur.
Je marche dans tes pas, et me sens céleste, grandie, beau.
Tu me renvoies à une image qui me fait croire à l’harmonie, j’ai envie de rêver à nous comme d’une histoire vraie et infinie.
Dans les enfants que nous aurons, nous mettrons tout notre amour.
Dès la première seconde, et tout sera évident tellement nous nous aimons.
Je te comprend et je sais que toi aussi, pour toujours et à propos de tout.

 
Faut-il que je te dise que tu es la personne que j’écoute le plus, que tout ce qui t’intéresse est intéressant, ...
... que ton regard sur moi est tellement respectueux que je me sens invincible.
Tu es fier de moi dans tout ce que j’entreprends et ta bienveillance renforce l’envie que j’ai de te plaire et de te donner tout ce dont tu as besoin pour te sentir bien.
Tu peux te reposer sur mon épaule douce. Je suis là. Pour toujours.
 
Mais
Mais y'a pas de mais mon amour

 
Et voilà !
... à suivre ...!


















































 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site