BOULE est né. Aussitôt après, il remporte le grand prix de la chanson Georges Brassens et devient chanteur, auteur-compositeur-interprète. Ce qu'il a fait entre deux ? Mystère. Il semblerait qu'il soit artiste associé aux ateliers du vent à Rennes, arrangeur et musicien de studio. Mais ça reste à prouver. On retrouve également ses empreintes sur de nombreux festivals comme les Transmusicales de Rennes, le festival Georges Brassens, le Festival de l'impossible, le cabaret tout court, les terrasses du jeudi, voix de guitare etc...
 
Le poisson
Boule sur les Nocturnes de Louviers Plage en 2013 interprétait
"Une chanson d'amour et d'eau glacée..."


Comme par magie, BOULE multiplie ses apparitions aux 4 coins de l'hexagone : on l'a vu à Rouen, Brest, Rennes, Avignon, Albi, Millau, Le Havre, Lille, Paris etc... On le repère même sur quelques fréquences et de nombreuses compilations dont la compilation « 20 ans de Tchernobyl » réunissant Chédid, Renaud, Tryo et d'autres. A ces occasions, BOULE croise le chemin de nombreux autres monte-en-l'air dont certains deviendront des compagnons de route, des amis, voire des parrains : Nicolas Jules, Alexis HK, Miro, Romain Dudek, les Têtes Raides, les Ogres de Barback ou encore Sanseverino.
 
Sansévérino et Boule en acoustique

D'après nos informations, BOULE serait même tombé un moment sous l'influence de Didier Super, qui tenta de le convertir aux facilités des accords à trois doigts et aux notes à la tire... Influence à laquelle il sût heureusement échapper et dont il ne reste aujourd'hui, par chance, qu'une seule chanson.

Carte Postale
Au Lapin Blanc 
13 Novembre 2009


Album : « Petit-fils de Fantômas » . Un titre en forme de confession ? Une autobiographie ? Un bréviaire ? 11 chansons aux sonorités énigmatiques, aux textes ciselés et à l'humour souvent grinçant, parfois noir et toujours mystérieux. De l'histoire de ce « Petit-fils de Fantômas » (et d'Arsène Lupin) à celle de « Dannie » la couturière des mal-foutus (en duo avec Nicolas Jules), en passant par ce papy qui mélange passion du vélo et de l'astronomie dans « Vélocipède Interstellaire », des textes touchants ou drôles sur des orchestrations ambitieuses (co-produites par Romain Dudek) mélangeant souvent des sonorités rock à la Tom Waits et de véritables sections de cuivres ou de cordes... Un mélange surprenant de couleurs musicales inédites et envoûtantes. Il paraît même que Sansévérino aurait mis à son répertoire la chanson « Patronne »... Mais chhhht, c'est un secret.
 
 
Anonyme devant le quai
Sur mon 31
Je composte mon ticket
Train train quotidien
Une moustache postiche
Lunettes de soleil
De temps en temps la barbiche
Ou les grandes oreilles

 
Petit-fils de Fantômas
Et d’Arsène Lupin
Je voyage en première classe
Parmi les rupins
 
Chant, guitare, banjo : Boule
Contrebasse : Christophe Foquereau
Violinophone, violon banjo : Frédéric Jouhannet


Boule par Froggydelight
Petit-fils de Fantômas (Studio Neptune, 2012)

"Agoraphobe et nyctalope, entre fantôme et lycanthrope, une ombre qui rase les murs, s’évanouit au moindre murmure". Chut… Ecoutez, y’a rien à jeter là…"Le jour je squatte les dédales des caves de la cathédrale, quand vous dormez la nuit, je danse, je viens troubler votre silence". Un choix des mots et un sens de la formule qui retiennent l’oreille. "Mycétophage et cataphile, je hante le cœur de la ville et je distille dans ses veines de la peur, de la peine". Un petit fond blues quand le besoin s’en fait sentir et quatre doigts de la main gauche plutôt habiles sur leur banjo nous ravissent. Chanson numéro 3 réussie ! Chapeau !
 
Pourquoi celle-ci ? Parce qu’elle témoigne bien à sa façon de l’amour de Boule pour les univers fouillés, de son plaisir à jouer avec les mots, et à les confronter à la musique. La poétique est sans concession : du jeu, du sens et du rythme. Quand bien même Boule serait ce cancre, cette "Cervelle de moineau" qui nous raconte ses chagrins d’école, il les aura rattrapés, ses zéros en composition ! Et de la plus belle manière… Chanson 2 réussie ! Chapeau !
 
Les portraits s’incluent dans des ambiances soignées, rappelant la virtuosité d’un Fersen dans sa capacité à convoquer en quelques mots et quelques notes toute une atmosphère inquiétante, galerie de personnage décalés mais attachants... "Dannie" couturière "de tous les malfoutus", le "Petit-fils de Fantômas" et d’Arsène Lupin, voleur des premières classes, "Le biffin" cherchant dans les poubelles son repas de demain…  Chanson 1, 4 et 7 réussies ! Ce n’est plus un chapeau, c’est un haut de forme !
 
Derrière ces personnages et leur monde associé se cache un petit poil qui gratte sous le col du dimanche. Dans la lignée d’un Sanseverino, on retrouve une pointe d’humour acide, pince sans rire, aux recoins de couplets, une odeur prolo aux détours d’un refrain. Les filles flics sentent la volaille derrière leur collier de perles, les bons élèves finissent piliers de comptoir, les clous pourrissent la vie et nous crucifient aux servitudes quotidiennes, et le monde menace nos enfants de psychothérapie. Ainsi va Boule ! N’oublions pas la tendresse pour ce petit vieux qui pédale dans les étoiles sur son "Vélocipède interstellaire", la "Carte postale à [la] cousine qui habite au bord de la méditerranée" et la très belle patronne… Le tableau est complet, tout le monde est à bord. L’album peut circuler, il a de belles rencontres à proposer.
 
Beaucoup d’enthousiasme pour ce Boule nouveau, du plaisir à l’écoute, un mariage réussi des mots et de la musique, des ambiances et de la narration, de l’humour et de l’émotion. Bref… Un album réussi ! Chapeau !



2014 : "LANDRU : un nom d'oiseau" prochaine création de BOULE
un patronyme, un parcours, des chansons ...
 
BOULE se propose de nous raconter le parcours d'un Landru au travers d'une suite de chansons et musiques : Non pas une comédie musicale, mais une suite de tableaux liés entre eux par un mot, une image, un son, une mélodie...
 
La distribution
BOULE : guitare, banjo, voix
Julien Eil : clarinette basse, saxophone baryton, flûte traversière, claviers analogiques
Christophe Foquereau : contrebasse, scie
Frédéric Jouhannet : violons en tout genre

 
Landru : un nom d'oiseau
Lecture sur improvisation musicale
Chanson écrite et composée par Boule
Production : CHOLBIZ
Vidéo réalisée par Jean Marc Peyrefitte

Autre création pour 2014 ... un album en vue ?
 
 Les pizzas
Paroles et musique : BOULE
Scénario et réalisation : Jean Marc Peyreffitte
 Production exécutive : Il ou elle productions
Production CHOLBIZ © & ® : CHOLBIZ 2014
Avec l'aide de la SCPP




Ô BRIGITTE !

En 2012, Cédrik Boule participe à l'aventure d'Ô Brigitte avec les Musiques à Ouïr, Oriane Lacaille et Loïc Lantoine. Il chante sur les premiers spectacles.

Le concert complet du 14 juin 2012 est ici !

 
L'incendie (Brigitte Fontaine et Aresky),
version par Loïc Lantoine et Boule ......
C'est normal ! (14 juin 2012) 












































 



Créé avec Créer un site
Créer un site