Auteur, compositeur, interprète, Stéphane Cadé fait ses premiers pas de musicien dans les Yvelines, puis commence à se produire dans les petites salles parisiennes. Très vite il fait les premières parties d'Allain Leprest, La Rue Kétanou, Thomas Fersen, Dikès ou de Noir Désir...À certains d'entre eux il écrit des textes.
 
Live à Strasbourg

En 2002, il sort son album « Voix off », un petit bijou de poésie, et s'entoure d'une formation composé d'un contrebassiste, un percussionniste, un clavier Fender-Rhodes. Il vous embarque dans un univers familier et pourtant inédit. Sa musique soutenue par une voix chaude navigue aux confins de la pop avec des intermèdes drôles, poétiques et parfois absurdes. Des trottoirs couturés de Belleville aux toits hantés par Fantomas, il bat le pavé parisien et regarde la ville avec les cinq sens. Tout à tour poétique et triviale, la cité devient le théâtre de chansons d'amour tendres, savamment décalées, d'affrontements minuscules où le comique de situation l'emporte toujours sur la tragédie. Les textes sont poétiques, décapants ; l'engagement reste implicite. Le personnage est attachant, sait basculer en quelques mots d'un registre à l'autre avec conviction ses impromptus surréalistes.

Les masques
(Stéphane Cadé / Michèle Guigon)
Cette chanson est également interprétée par Bernard Joyet



J'aime le vent
(Stéphane cadé / Susy Firth)
Cette chanson est également interprétée par Susy Firth


 
"Voix Off" entendu par les médias

" Ce deuxième album de Stéphane Cadé est une invitation aux voyages... qu’importe la distance car le voyage intérieur est plus important encore. Cadé rêve avec des mots précis, rigoureux et fous. Ah ! ce dialogue érotique avec Anne Brugière ! Cadé sait traiter le quotidien et le banal comme une aventure fabuleuse..."
Michel Trihoreau, Chorus 58 p. 44, Album Série rose (décembre 2006).
A propos de "Voix Off" :
 

« Chansons-chroniques d’un monde contemporain au goût nostalgique et plein d’humour. La voix (off) récite en chantant et se laisse porter par des arrangements féconds. C’est tendre, poétique & aux airs atypiques » LYLO ( 17/05/03), rubrique “ LYLO aime ces CD “ « Ecriture mordante, puissante, soulignée ici par des musiciens tempétueux. A suivre »
Anne-Marie Paquotte Télérama (2003)
 
«...légèrement décalé, il force le sourire, et nous marchons. « Il pleut, jouons du bugle »… les chansons de stéphane Cadé constituent un remontant : « tout réveille à la vie ». Cadé sait traquer la vie dans ses replis les plus obscurs et la prolonger jusqu’aux commandes, perplexes de nos états d’âme.»
Michel Trihoreau, Chorus 40 p. 75 (2003)


En 2005, il sort son album "Série Rose" chez L'Autre distribution ... 
 
 
... Entendu par les médias

« Transmutation ! » lançait jadis un personnage de dessin animé en devenant un justicier sans peur et sans reproche. Stéphane Cadé ne joue pas encore les Superman, mais il pourrait bien lui aussi lancer son cri de guerre et de conquête, tant il nous dévoile ici un inattendu visage : après une décennie de chanson plutôt classique et sage, le voici qui s’adonne à une pop désuète et libertine, voire carrément érotique. L’impertinence est assez drôle. »
Valérie Lehoux (FF) Télérama 2974 / 10 Janvier 2007.
 
« Belle plume rose, pour un drôle d’oiseau qui tient chaud au coeur. Les mots se posent comme librement sur une pop qui balance, légère et libertine. Une bouffée d’airs purs. »
LYLO n° 229 du 18/11/06

 
Série Rose
(Stéphane Cadé)

 

Tous les locataires
(Stéphane Cadé)

 
C'est au Bataclan que MuzziVox a rencontré
Stéphane et son guitariste Adrien, ils étaient
ce soir-là les invités du groupe "La rue Ketanou".
Dans cette interview, ils nous parlent de leurs influences
musicales et du prochain album à venir dont la sortie est
prévue à l'automne 2009.


 
En 2009, l'album "Cityrama" voit le jour
 
L'hiver à Nancy
 
 
Neuilly

Tu voudrais bien changer d´adresse
Habiter à Neuilly Saint-James
Pas trop, trop loin des attractions
Du Jardin d´Acclimatation
Tu voudrais changer d´alentours
Habiter près du Luxembourg
Paraît que c´est le quartier où
Les soirs d´été sont les plus doux
 
En attendant, on se balade
Et le nez en l’air on regarde
Les appartements de rentiers
Qu´on pourra jamais se payer
Des terrasses accrochées au ciel
Dans des quartiers résidentiels
Avec des arbres sur les toits
On y serait bien, toi et moi


Stéphane Cadé chez Francofans après la sortie de "Cityrama"
Loïc Lantoine commence par fréquenter les bistrots parisiens avec des amis musiciens tels que La Rue Kétanou, Dikès ou le poète rockeur Stéphane Cadé.
 
Stéphane Cadé et La Rue Kétanou 
 

Aux ateliers d'écriture d'Allain Leprest

 

Ils se sont croisés aux ateliers d'écriture d'Allain Leprest au Picardie (Stéphane Cadé, derrière la tête d'Allain Leprest, chaussé de lunettes au premier rang, Loïc Lantoine, assis par terre à droite)

Un exemple création des ateliers d'Allain Leprest : Petit âne (chanté par Dikès) et co-écrit par A. Leprest, S. Cadé, F. Vintrignier, L. Malot, P. Garreau, musique de M. Guillaume.

Stéphane Cadé raconte : ".... cette chanson a été écrite lors d'un atelier nocturne chez Allain. Il avait appelé ça les "lundis blancs" parce que ça commençait à minuit et finissait à 7h. Sacrée aventure. Ce texte était à l'origine une adaptation (libre) en français d'une chanson de Djamel Allam. Ce dernier ayant décliné la proposition, M. Guillaume a composé cette musique terrib'."

Sur l'album "les ailes de JéHan",  une moitié des chansons est de Loïc Lantoine, l'autre moitié d'Allain Leprest .... mais pas que .... L'une vient des ateliers  des lundis blancs, "Etrange" est co-écrite par Stéphane Cadet, F. Vintrigner, Allain Leprest sur une musique de JeHaN Cayrecastel.


































 


















 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site