Une association d’artistes, regroupés autour d’un orphéon dada de poche : La Campagnie des musiques à ouïrutopie, imaginaires partagés, rencontres baroques et obliques
 

Loïc Lantoine, François Pierron et Joseph Doherty travaillent régulièrement avec cette association de musiciens, dont Denis Charolles

Petit best of lors d'un festival de la
Belle Ouïe au lavoir moderne parisien


François Pierron fait partie du groupe "La campagnie des musiques à Ouïr", avec Denis CHAROLLES : Batterie, percussions, trombone, arrosoir, objets hétéroclites, voix- Julien EIL : Saxophone baryton, clarinette basse, flûte traversière - Frédéric GASTARD : Saxophone basse, ténor, soprano, synthétiseur analogique 

En 2008, Loïc Lantoine, François Pierron, Joseph Doherty embarquent pour l'Aventure des "étrangers familiers", en hommage à Georges Brassens. Loïc Lantoine chante aux côté d'Eric Lareine. Ce dernier fait partie du groupe "le cabaret des musiques à ouïr". Mais il invitera également Loïc Lantoine à chanter à ses côté lors de ses spectacles autour de la sortie d"Embolie".
Pour les étrangers familiers, la distribution est la suivante :   Conception artistique : Denis Charolles, Chant : Eric LAREINE, Loïc LANTOINE, Denis CHAROLLES, Joseph DOHERTY, Denis CHAROLLES : percutterie, arrosoir, graviers, clairon, guitare - Julien EIL : flûte traversière, clarinette basse, sax baryton, synthétiseur - Alexandre AUTHELAIN (qu'on retrouve aussi chez Akosh's unit): saxophone ténor, clarinette, synthétiseur - François PIERRON : contrebasse - Claude DELRIEU : accordéon, guitares 
Brassens est-il soluble dans le « patrimoine de la chanson française de qualité » ?
Brassens... Un nom qui charrie son flot d’icônes muséifiées... Une pipe, une moustache... Papoum papoum papoum... Des conversations à l’intimité illusoire, piégées dans la boîte à tuer les idées, à rendre le libertaire aussi fréquentable qu’un gendre idéal (…)
Mortifère, n’est-il pas ? Eh bien non, Georges B. « is alive, and well, and living in Normandy »! Car voilà que la folle tribu de la Campagnie des musiques à ouïr éveille la bête, fait remonter à la vie la colère, la tripe, le désir, la tendresse du rebelle statufié.
Bien choisis les comparses chanteurs, premiers surpris parfois d’avoir sauté à mots joints dans cette mémoire et d’y avoir trouvé avec nous un « ici et maintenant » auquel ne sied nulle nostalgie.
Les chansons sont réinterprétées dans un souci de liberté. Une liberté d’écriture propre à l’univers des musiques à ouïr, avec la volonté d’en faire surgir du neuf, du présent, de l’intemporel. Les interprètes sont pris au jeu, oui, il s’agit bien de jouer, se jouer de cette époque à travers une œuvre de tous les temps.
Amateurs de la «chanson française de qualité», vos souliers sont crottés, écoutez-les chanter !
Les Musiques à ouïr
« La langue, l’articulation, l’esprit musical qui règne autour de Brassens me rappellent étrangement un univers dans lequel je baigne depuis vingt ans ; le jazz »
Denis Charolles

En 2011, création de Duke et Thélonius (Denis CHAROLLES : Batterie, arrosoir, graviers, percutterie, clairon et embouchures à bouches - Julien EIL : Flûte traversière, saxophone baryton, clarinette basse - Aymeric AVICE : Trompette - Thibault CELLIER : Contrebasse -Gueorgui KORNAZOV : Trombone-
Hugues MAYOT : Saxophone, clarinette - Raphaël QUENEHEN ou Matthieu METZGER: Saxophone baryton, alto, sopranino - Didier ITHURSARRY ou Christophe GIRARD, accordéon)
Monk et Ellington, deux pianistes, deux grands compositeurs : Ellington, alias the Duke, l’élégance faite swing et mélodie, la luxuriance du Big Band… Thelonious Sphere Monk, l’originalité absolue, l’âpreté faite poésie…
Fille du blues et de la musique européenne, le Jazz fut une des grandes  découvertes artistique du 20ème siècle, portant en elle une culture ancestrale du rythme et la magie de subtiles arrangements et orchestrations.
Plus qu’une relecture, Denis Charolles nous invite à une fête, un pas de danse, une course poursuite funambulesque au milieu des joyaux de cette musique. Une mélodie, un rythme et c’est notre mémoire qui s’affole : In a sentimental Mood, Crépuscule With Nellie, Epistrophy, Sophisticated Lady, Braggin’n Brass, Concerto for Cottie !
Denis Charolles et ses complices vivent la musique avec un appétit féroce, une relation forte et contagieuse avec le public.
Duke & Thelonious - un voyage créatif, à la fois joyeux et exigeant, qui se vit comme une fête, comme un pas de danse, comme une course poursuite effrénée à travers les joyaux de cette musique.

 
 
En 2011, Loïc Lantoine chante également dans la création "O Brigitte", autour des textes de Brigitte Fontaine. Distribution artistique : Conception artistique : Denis Charolles, Chant : Loïc LANTOINE, Oriane LACAILLE, BOULE, Denis CHAROLLES: Percutterie, guitare, chant - Aurélie SARAF: Harpe - Julien EIL: Clarinette basse, saxophone baryton, flûte traversière , Claude DELRIEU : Accordéon, guitare, chant - Alexandre AUTHELAIN :Saxophone, clarinette
La poésie francophone est aujourd’hui fort vivante, celle de Brigitte Fontaine nous ouvre les portes d’un palais où se jouera une symphonie intemporelle, onirique et sacrée. On y redécouvre une écriture à la fois classique et totalement baroque empreinte d’une grande connaissance de la littérature française, de Rimbaud, de Verlaine et l’on ne peut ignorer Jérôme Bosch, Serge Gainsbourg, Mahmoud Darwich.
Son goût immodéré pour le métissage lui font côtoyer les univers intenses du free jazz (Art Ensemble of Chicago) ou les musiques orientales (avec son compagnons de route Areski Belkacem), ses origines bretonnes ne l’empêchent pas non plus de se frotter à la nouvelle vague New Yorkaise (Sonic Youth).
Tout cela constitue un terrain fort propice à l’exploration et la relecture propre à l’ouvrage des Musiques à Ouïr et nous ne manquons pas de nous y plonger avec fougue et délicatesse.
 Autour d'une orchestration originale, les textes de Brigitte Fontaine seront mis au grand jour, dans la nudité la plus intimiste. Sortiront aussi des fulgurances comme ah que la vie est belle en samba endiablée, comme à la radio, comme à la radio !!! , je suis conne, cet enfant que je t'avais fait, la symphonie pastorale.
N'en disons pas plus.
Place est faite à la délicatesse et au propos juste des mots entremêlés soufflant une musique de feu.
Vive la poésie.

* 2011 - Création d'Electronic Mamies (Denis CHAROLLES : Percussions, synthétiseurs, syntoba - Antonin RAYON : Orgue Hammond   - David CHEVALLIER : Guitares  - Christine OTT : Ondes Martenot - Alexis BASKIND : Synthèse et mise en onde - Thierry GRAND : Scénographie, machines analogiques en mouvement, lumières)
La tentation de se frotter aux ancêtres de la musique électronique. Retrouver un fil sensationnel au travers des signaux analogiques générés par nos anciennes synthèses sonores. Nous y sommes, le synthétiseur analogique, l'orgue hammond, l'onde martenot, le syntoba.
Analogie, métaphore, tentative...
Si l'on tentait poésie et signal, suite analogique de poèmes en nappes. Oui, l'analogie c'est aussi une forme d'écriture qui passe par le geste. Le geste et le lien du geste au son en opposition à la synthèse numérique qui n'offre pas la relation inconsciente du son au geste qui le génère.
Tout l'ouvrage que l'humain aura gravé de son empreinte, l'analogie c'est une notion qui touche à ça: l'humain et son empreinte.


En 2013 - Création de Poulpes et Diatomées, ciné-concert,  - D'autres vies que les notres (Denis CHAROLLES, batterie, voix - Aurélie SARAF, harpe, voix - Matthieu METZGER, saxophones, effets électroniques, voix - Arnaud DESHAYES, hautbois, voix, vidéo)
L'oeuvre mise en lumière dans ce spectacle est une ode à la vie, à des formes de vies, à la vie subaquatique (micro-espèces aquatiques et animaux sous-marins).
Grâce aux courts métrages "Les amours de la pieuvre, Diatomées, La croissance des végétaux", on redécouvre le plaisir de se laisser mener dans une forme musicale, plastique et poétique intense d'aujourd'hui. La sensibilité, l'humour, la singularité des films, l'orchestration originale et inouïe offrent à découvrir un spectacle où le rapport de la musique à l'image est étonnant. Il s'agit bien d'un concert cinéma, où les sons et la poésie prennent corps avec l'univers graphique des films de Jean Painlevé, de Stan Brakhage, de Norman Mac Laren.
Servie par une orchestration singulière : harpe, voix, saxophones, effets, batterie, percussions, trombone, compositions originales, ou du répertoire, cette nouvelle création des Musiques à Ouïr se situe à la rencontre de la musique, des sciences et de la poésie.


En 2013 - Création du Trio Tombola (Denis CHAROLLES, batterie, percussions, trombone, objets hétéroclites, voix - Julien EIL, saxophone baryton, clarinette basse, flûte traversière - François PIERRON, contrebasse)
Trio original de musiciens et d'instruments.
Atypique par leur volonté d'offrir un répertoire puisant au fond du connu et du moins connu. Paso doble et compositions originales, improvisations et chansons de Brigitte Fontaine, Georges Brassens, poésies de Robert Desnos.
L'effet mouvant de ce répertoire mélangeant valse, musette, chanson, pop, rock, jazz ou improvisation, suscite l'engouement d'un public hétérogène.


En 2013 - Création de "C'est une chanson" (Denis Charolles, chant, batterie, Trombone - François Pierron, chant, contrebasse - Alexandre Authelain, clarinette, saxophone - Julien Eil, saxophone, baryton, clarinette basse)
Un fil tissé de musiques et de chansons en liberté : vous pourrez redécouvrir les chansons, mélodies et poésies d' Albert Marcoeur, Georges Brassens, Jean-Roger Caussimon,Aragon, Francis Lemarque, Robert Desnos, Jo Dassin.
Les Musiques aventurières de Julien Eil, Denis Charolles, Alexandre Authelain, François Pierron.
Ce répertoire servi délicatement par l'équipe magique des Musiques à Ouïr : Julien, Alexandre , François  et Denis  offre une belle palette musicale qui saura nourrir vos appétits de mélomane.
Vive la musique, vive la poésie !
Trio original de musiciens et d'instruments.
Atypique par leur volonté d'offrir un répertoire puisant au fond du connu et du moins connu. Paso doble et compositions originales, improvisations et chansons de Brigitte Fontaine, Georges Brassens, poésies de Robert Desnos.
L'effet mouvant de ce répertoire mélangeant valse, musette, chanson, pop, rock, jazz ou improvisation, suscite l'engouement d'un public hétérogène.
 
 
* 2014 - Création de L'enfant et les sortilèges (Denis CHAROLLES, percussions, guitare, chant - Julien EIL, flûte traversière, saxophone baryton, clarinette basse - Alexandre AUTHELAIN, saxophone ténor, clarinette - Nathalie FORGET, ondes Martenot - Aurélie SARAF, harpe - Christophe GIRARD, accordéon - Danse : Kaori ITO)
Il s'agit de l'adaptation de l'oeuvre de Maurice Ravel, et du livret de Colette, autour d'une orchestration puisant dans des sonorités à la fois acoustiques - harpe, flûte traversière, saxophones, clarinette, accordéon - et électriques - ondes Martenot, Moulin à Ouïr (système interractif visuel et musical), afin d'offrir à redécourvrir l'oeuvre dans une tonalité présente, des intentions d'aujourd'hui, en respectant la partition chantée.
Nous explorons les 17 tableaux de l'oeuvre originale avec une réorchestration inédite. En partant du livret, nous nous penchons sur les questions posées au travers de l'oeuvre :
- le rapport de l'enfant au monde adulte
- le rapport de l'art à la nature et les révolutions stylistiques que les vingtième siècle a apportées dans le monde de l'art.
 
Extrait de pas la peine de crier sur le thème du populaire 
Marie Richeux : Qu'est ce qu'on entend ?
Loïc Lantoine : C'est le mélosolex. C'est mon camarade Denis Charolles avec Vincent Peiranin Frédéric Gastard qui s'amusent à reprendre du Deep Purple. Alors avec le solo de guitare, moi je le trouve plus rock and roll que l'original, à l'accordéon, je trouve ça, quand même fabuleux. Et voilà, j'parlerais de populaire aussi là dessus parce que finalement, la musique, ça se découvre, ça s'apprend, c'est un petit peu exigent. Mais moi, j'ai longtemps été complexé, et c'est des gars, au travers de Denis Charolles et la compagnie des musiques à ouïr, c'est des gars,  c'est du free jazz,  et à partir du moment encore une fois, où la démarche est sincère, heureuse et généreuse, bah tout est possible. J'les ai vu faire du free jazz devant des gars qu'étaient au camping, en tong et en short, et ils étaient ravis. Et grâce à eux, j'ai plus peur de la musique, et j'ai plus peur du jazz, et j'suis fin content. 






















































 



Créé avec Créer un site
Créer un site